Déjà

Ne lis pas mon âge,

Sur les traits de mon visage,

le temps, perfide,

Déjà, souligne mes premières rides.

Ne me dis pas que je suis beau

Par prescription de mots placebo,

Dans tes yeux,

Déjà, je suis devenu vieux.

Ne caresse plus ma peau métissée

En souvenir du plaisir passé,

Mon corps,

Déjà, est marqué par l'effort.

Ne te retourne pas,

Nous ne reviendrons pas sur nos pas.

Déjà !

Ne me méprise pas de ce sort,

Ne me hais pas de cette petite mort,

Ne fais pas de moi un vieux mari,

Un poète au pilori,

Un proche devenu ennemi,

Libère-toi de cette infamie.

×