Poète pouet !

D’inspiration camuse

Et d’humeur recluse

Le doute se diffuse

La rime se refuse

 

Tu voudrais que je t’écrive du mont Aragon

Un piédestal à la grandeur des yeux d’Elsa

De cette poésie je ne suis pas un parangon

Ton amour est d’ébène et ma plume de balsa

 

Je ne sais par quelle ruse

Les mots passent l’écluse

Les vers alors fusent

Dans une mêlée confuse

 

Pour la danse des mots tu me veux chorégraphe

Je taille mes crayons pour oser quelques pointes

Entrechat et humour je n’ai qu’un seul paraphe

Mes pieds sont des claquettes à la Boby Lapointe

 

Je ne sais si le fait d’être muse

T’indiffère ou t’amuse

Je te dois mille excuses

Ma poésie est une intruse

 

J’ai la pose du penseur mais mon nez devient rouge

Je rime quelques drôleries à la Jacques Prévert

Tu espères Rodin, je suis clown sans gouge

Et plus dure est la chute à la tombée des vers

×